Malgré la fin du confinement depuis le 11 Mai dernier, les arnaques liées au COVID-19 continuent de circuler sur Internet.

Dans un de ces articles, le Figaro met en avant une de ces arnaques :

Des contribuables ont reçu des e-mails avec l’en-tête de la Direction générale des finances publiques qui laissent croire qu’en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, ils bénéficient d’un remboursement de près de 500 € d’impôt. Attention, il s’agit d’une tentative de phishing à laquelle il ne faut surtout pas répondre.

[...] Pour en bénéficier, le destinataire doit cliquer sur un lien proposé afin de renseigner ses données personnelles et de sa carte de paiement.

Comme le rappelle le portail ministériel de cybermalveillance, il s’agit d’une arnaque visant à voler des informations personnelles et bancaires.

À la réception de ce type d’e-mail, certains indices doivent attirer l’attention du destinataire, tels que des fautes d’orthographe ou le renvoi à une messagerie personnelle avec un lien cliquable... Surtout, on le rappelle : le fisc ne demande jamais la communication d’informations bancaires, ni pour un paiement, ni pour un remboursement d’impôt, pas même pour compléter les données personnelles de son dossier fiscal.

[...] Le simple fait de répondre à un courriel de sollicitation, même pour indiquer son désintérêt, prouve à l’escroc que l’adresse e-mail est active, et l’encourage à l’utiliser pour d’autres campagnes d’hameçonnage ou de spam. La méfiance est donc toujours de mise !

Source : http://leparticulier.lefigaro.fr/article/gare-aux-faux-courriels-promettant-un-remboursement-d-impots-en-raison-du-covid-19/


 

En cette période de confinement, outre le fait d'utiliser la plateforme Voisins Vigilants et Solidaires et de respecter les consignes habituelles de précaution pour limiter la propagation du virus, il faut aussi être vigilant lorsque nous utilisons Internet.
 
En effet, dans un article sur leur site, les journalistes du média BFM TV ont répertorié les cinq arnaques les plus répandues du moment :
 
1) Le faux mail officiel : 
 
Tous les internautes ont un jour ou l’autre été confrontés au phishing (ou hameçonnage), un mail reprenant les codes visuels d’une institution publique [...] ou privée [...]. Le but étant d’inciter la victime à cliquer sur un lien, en lui promettant par exemple un remboursement. Dans la majorité des cas, elle est redirigée vers un site comportant un formulaire destiné à collecter des données personnelles [...] dans le but de mettre la main sur des données sensibles, souvent liées à sa carte bancaire. 
En cas de doute sur le contenu d’un mail, il est fortement déconseillé de cliquer sur le lien qui y est affiché. Il faut par ailleurs toujours vérifier que l’adresse URL d’un site Web soit la bonne, à la lettre près.
 
 2) Les faux masques :
 
Face à la pénurie de masques, de nombreux internautes ont bon espoir d’en trouver sur Internet. Une quête qui donne des idées à de nombreux escrocs. En quelques jours, une nuée de sites douteux sont apparus, proposant des masques chirurgicaux ou FFP2 à prix d’or. [...]
Alors que les masques doivent principalement être réservés aux professionnels de santé, il est fortement déconseillé de passer commande sur des sites qui ne disposent ni de numéro SIRET, de numéro de téléphone, ou même de conditions générales de vente en bonne et dûe forme. [...]

3) Le faux médicament : 
 
[...] Les faux traitements contre le coronavirus font partie des escroqueries les plus répandues ces derniers jours, avec plusieurs exemples cités. Sont notamment évoquées les promotions pour des vaccins, des produits dits “naturels” - dont l’efficacité n’a pas été prouvée - tels que des compléments alimentaires ou des huiles essentielles, voire des promesses de dépistage. Les autorités rappellent que la vente en ligne de paracétamol (Doliprane, Efferalgan) est suspendue, et que toute offre est de fait frauduleuse.
 
4) La fausse attestation : 
 
Indispensable pour tout déplacement, l’attestation dérogatoire est disponible gratuitement sur le site officiel du ministère de l’Intérieur, dans plusieurs formats. Malgré cela, certains sites proposent d’en générer, en incitant les internautes à partager leurs données personnelles indispensables pour les compléter (nom, adresse et date de naissance). Autant d’informations qui pourraient par la suite permettre de pirater certains de leurs comptes. [...]
 
5) La fausse cagnotte :
 
Pour lutter contre la propagation du coronavirus, plusieurs institutions ont fait appel à la générosité des Français pour récolter de l’argent, par exemple en passant par Facebook. [...] Des escrocs misent sur cet élan de solidarité pour dérober de l’argent, en créant de fausses cagnottes. Qu’elles concernent des hôpitaux ou des commerçants en difficulté, des dizaines de cagnottes en lien avec le terme “covid” ont été créées à ce jour sur la plateforme Leetchi. Avant de donner pour un établissement, il est indispensable de s’assurer de l’authenticité de l’opération, par exemple en se rendant sur son site Web.

NOUS VOUS INFORMONS QUE LES JARDINS COMMUNAUX SONT ACCESSIBLES.

TOUTEFOIS, NOUS VOUS RECOMMANDONS DE RESPECTER LES GESTES BARRIÈRES ET TOUS RASSEMBLEMENT Y EST STRICTEMENT INTERDIT.

VOIR LES DÉTAILS DANS L'ARRÊTÉ MUNICIPAL ENREGISTRÉ SOUS LE N° 2020 - P - 127

EN TÉLÉCHARGEMENT SOUS : "téléchargement/arrêté/Police".

Nous vous informons qu'une boite est à votre disposition à une fenêtre de la Mairie.

Cette boite contient des "Attestations de déplacements dérogatoire.

PENSEZ A TOUT LE MONDE, 

MERCI DE NE PRENDRE QU’UN NOMBRE (TRÈS) LIMITÉ DE  FEUILLE,

CETTE BOITE EST  ALIMENTÉE RÉGULIÈREMENT DANS LA JOURNÉE,

VEUILLEZ SONNER A LA MAIRIE SI ELLE SE TROUVERAIT VIDE.

 
 
« C’est toi dans cette vidéo ? », si vous avez reçu ce message sur l’application Messenger de Facebook, attention, il s’agit d’une arnaque !
En effet, ce message privé donne envie de cliquer sur la vidéo envoyée par la personne… Les hackers tentent par ce biais, de voler les identités des internautes.

Le conseil de la gendarmerie de l’Indre :
« Si vous recevez sur Facebook ce message privé, vous avez sans doute affaire à un voleur d’identité. Il ne faut surtout pas lire la vidéo ni donner son mot de passe. Les escrocs comptent en effet, sur le fait que les utilisateurs seront tellement intrigués de voir cette vidéo très populaire dans laquelle ils apparaissent soi-disant, qu’ils seront prêts à tout. En plus de voler vos accès à Facebook, l’escroc tente souvent d’installer, via diverses fenêtres de pop-up, un mini-programme sur votre navigateur internet censé vous permettre de voir la vidéo. En réalité, le petit virus, à ce moment-là, s’installe, et en plus, entraîne sa propagation vers toutes les personnes de Facebook qui sont simultanément connectées avec vous. En cas de doute changez, immédiatement vos codes d’accès. ».