Bruit excessif, nuisances sonores : bien réagir au départ !

Confronté à des bruits très gênants, comment pouvons-nous réagir ? Dans un premier temps, il est conseillé de trouver des solutions amiables.
Face à certaines situations plus problématiques, lorsque les désagréments dus au bruit perdurent et que les tentatives de concertation ont échouées, le recours à des instances officielles peut s'imposer.

Identifier la source des nuisances


En général, quand on est victime de nuisances sonores, plusieurs recours sont possibles selon le type de nuisances et/ou selon la qualité de celui qui est à l'origine du bruit.
Tout d'abord, il faut distinguer
- les sources de bruit structurel, permanentes : circulation routière, collecte des déchets, nettoyage des voiries, enfants dans la cour d'une école, stade de foot, sorties de véhicules de secours, ...,
- des sources de bruit conjoncturel, plus occasionnelles et liées très souvent au voisinage (aboiements de chien, télévision, tondeuses à gazon...), aux établissements et aux équipements (salle de réception mal insonorisée, conditionnements d'air, machines, extracteurs de fumée de friteries, pompes à chaleur de piscines ...) ou encore aux activités sur la voie publique (comportements individuels, foires, animations ...).

Favoriser le dialogue


Lorsqu'il est possible d'identifier le responsable des nuisances sonores, la première démarche à entreprendre est d'aller à la rencontre de cette personne et de l'informer du trouble occasionné. En effet, on n'est pas toujours conscient du bruit que l'on cause et beaucoup de situations déplaisantes peuvent être réglées à l'amiable. Il en est ainsi par exemple d'une fête d'anniversaire chez le voisin avec ambiance musicale, d'un barbecue animé avec des amis dans le jardin à la belle saison, du chien du voisin qui ne cesse d'aboyer, ...
Idéalement, il convient d'engager le dialogue en dehors d'une période de troubles voire de crise. On peut aussi inviter gentiment son voisin à venir se rendre compte de la gêne subie ou pour identifier ensemble les causes et envisager des solutions techniques (isolation ...) ou pratiques (dresser le chien ...) visant à limiter ou éradiquer les nuisances.

Que ce soit dû à un comportement négligent persistant ou à une réelle volonté de nuire, si le responsable des nuisances sonores n'apporte aucune réponse satisfaisante malgré les efforts déployés, il y a lieu d'envisager des voies officielles plus contraignantes.

Rappel de l'arrêté Municipal N° 2016 - P - 0092 - Lutte contre les bruits de voisinage.